La carte Eclipse

Premièrement, toutes mes excuses pour le retard. La décision, la commande, l’attente, la réception, l’installation et les tests sommaires ont été plus qu’éprouvants. J’ose espérer que mon esprit a maintenant retrouvé la place qui était la sienne et que les fortes émotions se sont calmées.
La dernière fois que j’ai eu ce genre de dérangements, eh bien, oh coïncidence, c’était lorsque j’ai commandé mon Falcon chez Apak en 1996.

La question qui tue : pourquoi ?

Ben oui. Pourquoi 2 cartes ? On pourrait répondre comme un commercial :

  • parce qu’il y a un train en marche et que si vous ne le prenez pas, ben vous n’êtes qu’un gros plouc.
  • parce que l’ancienne est pourrie, mais que vous pouvez pas l’enlever.
  • parce que je gagne de l’argent en vendant, duhon !
  • parce vous améliorerez votre productivité de 200%

Ou répondre comme un fanatique voire intégriste mais quand même Atariste :

  • parce que c’est trop hype !!! t’as vu le nombre de pixeleuz mouvés par seconde ?
  • et ça fait 2 sorties vidéos : trop top pour les grafx, tu sélectionnes tes outils sur les vieilles résols et tu joues l’artiste sur celle en 32 bits
  • parce que le mec qui a fait cela, ben c’est pas un pédé et il en a dans le pantalon (NB : mes plates excuses auprès de la « communauté »)
  • […] (réponse intraduisible, probablement en dixien, ou alors en C0wB0yZ ?)
  • 42

Ou simplement comme un simple utilisateur, qui aime sa vieille bécane et qui voudrait vivre sa passion une dizaine d’années de plus :

  • Pour la beauté du geste, il faut bien saluer l’exploit (heu, un passionné est-il un intégriste ? prochain sujet de philo ;-).
  • Parce le vieux processeur graphique, bien que d’une souplesse extraordinaire, devient fatiguant dans certaines résolutions (merci pour le scintillement ou le 49 Hz).
  • Pour se faire plaisir et qu’il ne faut pas passer à côté des bonnes choses (vive Epicure !).

Bon. On pourrait trouver des kilos (-octets) de raisons… A chacun de trouver les siennes, ou de ne pas en trouver. En ce qui concerne votre serviteur, et pour la petite histoire, vous apprendrez qu’il a effectué un achat compulsionnel dans un boui-boui appelé Fnac, comme un vulgaire propriétaire de peuceuh. Le produit acquis dans la honte se nomme toujours écran plat Sony MD51 LCD à 4999.99999 boulettes. Le portefeuille a bien tenu le coup vu que les économies correspondaient à l’achat d’un hypothétique Milan2 ou Pegasus.

Et quand le sieur a branché le-dit moniteur sur son rapace. Qu’en a-t-il conclu ? Ben qu’il manquait quelque chose : le moniteur est optimisé pour l’affichage en 1024*768 pixels, et bien qu’anti-aliasant de manière élégante tout ce qui est résolution plus faible, c’est dommage.

Et comme il restait des brouzoufs en stock… La décision commençait à germer.

Acheter ou ne pas acheter ?

Car la boîte qui vend le schmilblick, ayant déjà la tare d’être à l’étranger et hors zone Euro, avait la réputation (en France) d’être peu fiable voire d’être un vrai commerçant atarien français (private joke ;-).
Les commentaires négatifs sont tombés comme une pluie anglaise (ou alors douche écossaise) à la mention du vendeur, et les anecdotes qu’on aurait voulues moins fréquentes ont été dans ce style : « j’ai attendu 6 mois ma carte, il a fallu que je le menace au téléphone… » « j’ai un ami qui a commandé pour 8000 Frs et n’a jamais rien reçu… ». Je suis sûrement un « gentil » au sens péjoratif du terme. J’ai donc mailé en connaissance de cause, le-dit vendeur pour des renseignements pratiques, et essayé de garder foi en la nature humaine. Ce dernier a répondu promptement et a fourni tous les détails.

La décision était donc prise. « J’achète ». L’argent a été envoyée par mandat postal, sur les conseils de ma banque. Cela fait moins cher en commissions pour les transferts. Donc 1800 boulettes, pour 149 livres + port, envoyées en liquide dans la nature, à un inconnu à la réputation discutée… j’avoue ne pas voir été tranquille. D’autant plus qu’il n’y avait aucun document écrit…
Sans oublier le problème de la langue. Même en ayant le shakespearien facile, le vocabulaire mercantile m’a donné des froides sueurs, qui ont presque réussi à me fâcher avec le commerçant : « ready for shipping », ça veut dire qu’il en a en stock ou bien que la carte est en train d’être fabriquée ? « despatching », cela veut dire envoyée ou bien « on se prépare à l’envoyer » ?

Notez quand même que les termes dérivent d’un passé maritime glorieux. Ah… Trafalgar, morne mare… J’en viens donc à soulever une importante question : le droit anglo-saxon est différent de celui latin. Dire « j’achète » via e-mail, sans bon de commande en bon et dû forme m’a paru complètement hors normes, complètement fou. Il y a eu bien sûr une facture (avec le produit final, bien sûr 🙂 et un exemplaire du formulaire pour le mandat postal, mais rien en ce qui concernait une preuve de commande.

Donc moralité : ne faites pas comme moi, ne jouez pas au cons. Ce n’est pas une partie de loterie. Demandez à payer seulement à la livraison du produit. Ayez le plus de traces écrites. Profitez d’un voyage linguistique pour visiter la boutique…

Même si le commerçant s’est révélé au final fiable, gentil, et compréhensif : il est marqué sur la facture « apologies for the delay » (qui a été de 3-4 semaines). Ouf !!!! Dieu sauve la Reine et l’âme de ce gentilhomme. Notez aussi que l’ATI Rage II n’est plus fabriquée, versatilité peuceuhienne oblige. Il faudra donc en trouver d’ocaz, et la disponibilité du couple Eclipse+ATI chez le vendeur sera faible. A moins que vous ne commandiez seulement une Eclipse, ayant déjà trouvé l’ATI Rage IIc sur iBazar :).

Le hard

Dans la petite boîboîte reçue et ouverte avec frénésie se trouvent différentes choses. Pour résumer une carte graphique ATI Rage IIc au format PCI, et l’Eclipse c’est-à-dire, le port PCI en lui-même, à plugger sur le port d’extension du 68030. (ou pour les petits veinards afterburnés, du 68040, vu que c’est compatible :). L’Eclipse n’est donc pas la carte graphique, c’est juste une passerelle qui vous permet de brancher une carte PCI. On sussure dans les milieux autorisés qu’une carte ethernet pourrait se brancher dessus, voire même être chainée avec la carte graphique… Cela devrait donner dans les coding-parties, enfin la possibilité d’user de l’IP donnée à chaque participant, de trouver le warez et les mangas favoris sur le rézo, ou de papoter avec la douce et délicate cicile via IRC.
Les vignettes ci-dessous montrent les différentes parties de l’ensemble, le tout déjà fixé au rapace, mis à nu pour l’occassion (juste parce que c’est vous, nah !).

A gauche l’Eclipse avec un circuit logique (au milieu), simulant un PCI bridge (sorry si je me gourde). A noter pour les purites, et selon le dieu Czuba, qu’au contraire d’un vrai bridge, la carte n’est pas maître sur le bus et ne fait donc pas de transfert en DMA. Donc si j’ai bien compris, c’est le 68030 qui se tape les transferts entre mémoire centrale et mémoire vidéo ? Désolé, là, je suis complètement neuneu…

A droite la carte ATI déjà posée dans son port PCI, relié à l’éclipse par un câble en nappe qui se sépare en 3. Deux parties vont sur l’éclipse. et la troisième doit trouver une alimentation : il faut du +12 volt !!! donc petite soudure à faire. Et ne vous gourrez pas à cette étape !!
Ci-dessous le tout monté dans la tour. Pour anecdote, j’ai eu des problèmes électriques avec la masse, mais cela était dû à la dispostion des éléments (report SCSI en particulier), en aucun cas à cause de l’éclipse. Il a fallu que je démonte le tout plusieurs fois… le ventilo de la carte mère ne voulant pas démarrer et l’oiseau ne sortant aucun son. Ce n’est qu’une fois la carte sous tension et posée comme un bébé dans mes petits bras musclés que tout est rentré dans l’ordre. Un blème d’électricité statique, sans doute, vu que je suis pas éléctriquement neutre…
Enfin, tout cela pour dire qu’il doit y avoir une âme dans ces bestioles et qu’il faut leur parler gentillement 😉

Notez que la carte graphique est posée à l’envers 😉 Question de place.

Les purites ont dû avoir également une impression de « déjà vu » (prononcer avec l’accent british, merci). L’Eclipse et sa carte ne sont pas nouvelles. Il existait bien avant (à l’époque de Turtle Bay, ouh ! séquence gériatrie…) une carte graphique nommée NOVA. Il s’agissait en fait d’une carte à brancher sur le port du 68030, comportant un câble en nappe vers un port ISA, et une carte graphique ISA !!!! Pourquoi est-elle tombée dans l’oubli ? Réponse : on ne pouvait plus étendre le Falcon à 14 Mo. Difficile donc de voir de superbes images sans avoir la place pour les montrer. Cette carte a en fait été adoptée par des possesseurs de rapaces afterburnés, car on peut étendre la mémoire via la FAST-RAM du 68040.

Et dans l’Eclipse, même problème de mémoire ? Ben, non, on a les 14 Mo. YES !!!. Elle joue avec la MMU du 68030, donc plus possible d’avoir MiNT en mode protégé, de foutre MagiC en ROM virtuelle (via MAGTOROM), d’avoir un gros disque virtuel, de faire fonctionner une CT2… (à vérifier).
Notre Videl étant mis de côté, on peut lui affecter une résolution de 640*400*2c voire moins. On améliore ainsi l’accès du 68030 à la RAM principale et donc la vitesse :). Le clock-patch qui était devenu inopérant en 832*592*256c sur Videl devient maintenant efficace et les problèmes de lecture/écriture sur le SCSI ont disparu.

Attention, il ne faut pas dire que le 68030 est accéléré, mais dire qu’il n’est plus ralenti par le Videl. L’impression générale est bien sûr la vitesse, surtout que l’ATI carbure très bien et affiche à la vitesse de la lumière, en supposant qu’elle s’occupe des fonctions VDI au lieu du 68030.

Le soft

Bon, là les ennuis commencent. Première chose : les drivers ne sont pas livrés. Hein ? Ben on a une carte provenant du monde peuceuh, va falloir donc s’habituer à certaines pratiques du monde peuceuh. Donc aller sur un site ouaibe pour télécharger la dernière version du driver.

Le driver s’appelle fVDI, issu du projet de free/fast/fenix-VDI, une VDI plus mieux bien qui vous fait un monde meilleur, et qui pour l’instant est un peu jeune. D’où quelques problèmes, mais on en parlera plus loin. Ce driver a été adapté pour la carte graphique : on a ainsi un RAGE.SYS à déposer dans le dossier GEMSYS, des fichiers FVDI.PRG et PCI_BIOS.PRG dans le dossier AUTO, et un FVDI.SYS (le paramétrage) à la racine (C:\ en général). Tout cela est bien décrit dans la documentation de l’Eclipse, ainsi que dans les fichiers textes de l’archive du driver.
Inutile de vous dire que cela ne marche pas au début : position du PCI_BIOS avant FVDI avant NVDI, désactivation des fichiers SYS de NVDI dans le dossier GEMSYS (1,2,4,8 et 32K), multiples essais des options du FVDI.SYS (pour avoir un max de compatibilité). Et il ne faut pas oublier de virer MAGTOROM et surtout Videl Inside.

Adieu VI2, snif, je t’aimais bien, mais maintenant en 1024*768*256c ou 65Kc, je ne peux plus te garder en mémoire 😉
Et la compatibilité ? Ben, là, je vous conseille l’excellent site Eclipse Owner Support Page (EOSP pour les intimes). C’est assez bien répertorié. J’ajouterai, mais avec des réserves (j’ai pas fini mes réglages) que :

  • D2M plante en beauté en 256c (ce n’est pas un problème lié au PARX.TRM)
  • MegaTracker Player plante encore mieux
  • Aniplayer fait parfois des alertes 68K pendant son init, souvent après un reset à chaud, mais je pense que cela vient de ma tour (le circuit son fatigue)
  • StartMeUp et le sélecteur de fichier bloquant de MagiC ont des blèmes de redraw (buffer AES)
  • Magixdesk utilise la ligneA pour dessiner ses icônes, le sacripant ! (corrigé avec du paramétrage)
  • sous MagiC, interdit de faire Alternate+Control+Escape (ou cela sort côté Videl, ou cela plante, selon le paramétrage de FVDI.SYS)
  • EBModel fait plein de cacas à l’écran (désolé Maestro :-/ )
  • le screen.ldg ne veut pas s’initialiser (essai avec Riri2)
  • BubbleGEM dessine mal ses bulles Macinstosh (ça va pour les bulles zin00)
  • Aucun des logiciels de snapshots que j’ai trouvé ne fonctionne

En fait la liste n’est pas exhaustive et une nouvelle version du driver peut corriger les blèmes. D’autant que l’auteur Johan Klockars travaille bien et répond longuement à ses mails. Je lui ai souligné un problème qui donnait de fausses couleurs pour les programmes utilisant la fonction vq_scrninfo (cf les BBS sur le site d’EOSP), et il va bientôt corriger cela. J’aime le monde Atari : on se parle et on s’appelle par nos prénoms.
Bon, pour les programmes tricolores, bien sous tous rapports et qui m’ont impressionné (félicitations aux auteurs) :

  • Digital Lab, un vrai régal, quoique quelques plantages après sauvegarde de petites images
  • Moutain, que j’ai redécouvert et apprécié, la vitesse aidant
  • le Windframe d’ERS, trop classe en 65Kc et corrigeant le problème de palette pour les applications ASH (CAB, Texel) en 265c si l’on vire totalement NVDI
  • PlayMyCD et l’oscilloscope du même site ouaibe, que je lance maintenant systématiquement.

Pour résumer : GEM obligatoire ! Tout ce qui est application internet marche sans problème. En ce qui concerne les programmes de dessin/retouche/imagerie, cela dépend s’ils ne bidouillent pas. Pour les utilitaires, j’ai pas trop essayé, mais si cela marche déjà sous MagiC, cela ne devrait pas poser de problèmes. Les démos et apparentés (Whip!) : à vos risques et périls, vous pouvez peut-être espérer réallumer l’écran branché sur le Videl (ou communter votre moniteur sur la sortie Videl au lieu de l’ATI) et voir si cela s’affiche…

Le principal problème est la compatibilité des logiciels de zikmu : Cubase Audio et consort tournent-ils ? Car en écrivant des programmes spécifiques Falcon, on peut prendre des libertés avec le système et donc ne pas se forcer à coder propre… (cf le MegaTracker Player, vraiment dommage, il paraissait pourtant clean). Papyrus fonctionne-t-il ? NVDI doit être présent et devrait faciliter la chose. J’obtiens les fontes vectorielles à l’écran mais on est pas sûr au niveau de l’impression.
Je tente de télécharger la version lite et shareware de Calamus ce week-end… on va voir 🙂
Donc si vous décidez d’acheter une Eclipse et sa carte. N’oubliez pas de le faire en fonction de vos logiciels préférés. Certains premiers acheteurs français (une dizaine lors de l’été 2000), comme Alain Champagne (d’ACS Production, qui s’est occupé de l’import) ont été déçus par le produit. Ce peut-être à cause du fait qu’il ne convienne pas à un utilisateur normal. Du moins pas tant que le driver est jeune. Il faut bien connaître sa machine, les programmes, le comportement général de l’ensemble. Somme toute, être un power-user, voire un programmeur, pour installer, prendre la patience de configurer, et finalement apprécier ces petites cartes. Dès lors, on ne sera pas déçu.

Pour les utilisateur lambdas, attendez un peu, ou consultez avec force et courage l’EOSP et faites-vous aider par quelqu’un qui connaît le sujet.

Ça vous dirait ?  (© Testostérone)

J’ai pensé à vous dégôter une blonde à forte poitrine, au sourire ravageur et digne d’un calendrier de gentil camionneur, mais sorry about that : pas moyen d’en trouver une. Z’aurez droit à une bellaminette (Kathy et son Koala) discrètement inscrustée sur l’écran.

Est-ce la remise à niveau Milan060 ? Pour être franc, l’impression est là avec toutes ces couleurs, la grande taille de l’écran et le comfort indéniable. Mais ce serait un leurre de penser que le Falcon est devenu une bête de course rivalisant avec un pentium en version un. La lenteur des calculs bruts reste toujours, il suffit de le voir lors des décompressions JPEG via le 68030 par exemple. POV mettra toujours aussi longtemps à terminer votre merveilleuse cinéscénie qu’avec votre ancienne configuration en mode 640*400*duochrome.
Le salut provient peut-être de la prochaine carte accélératrice de Monsieur Czuba. On m’a affirmé qu’il possédait (temporairement) une Eclipse pour tester sa compatibilité avec la CT060… ou bien pour faire du reverse-engineering pour sa future interface PCI ? Ah non ! pas de cauchemar !!! J’ai vécu l’Eclipse et je regrette absolument pas. Pour le reste, faisons comme Saint Thomas : il faut le voir pour y croire.
Amen.

Texte et photos libres de droits, mais soyez gentil de me prévenir si vous voulez les utiliser 😉
Un grand merci à Sweetie pour le prêt de son appareil numérique.

Une réflexion au sujet de « La carte Eclipse »

  1. Addendum lors de l’Alchimie 2001 (29/09/2001)

    Arrghhhh ! L’on m’aurait menti à l’insut de mon plein gré ? Le gentil gars qui allait prêter son Eclipse à Mister Rodolphe ne l’as pas fait. Donc pas d’oracle divin à propos de la carte et de sa compatibilité 060. Il est dit que ce sera sans problème, mais la CT060 n’ayant pas de report 030 physiquement identiques (c’est en effet un bus d’extension 060 czubien), il faudra faire des soudures sur l’Eclipse pour poser la CT060 dessus.
    Une autre solution, plus hypothétique certes, est la carte PPC « Tempset » conçue par les auteurs de l’Eclipse. Pas de nouvelles par contre de cette carte accélértrice alternative : on n’a tout au plus le schéma de la carte et quelques annonces.

    Question driver : on confirme que D2M plante sauvagement en 256c, et cela se passe lors de l’initialisation du TRM. MegaTracker Player : c’est mission impossible. J’ai pu trouver un vieux player de MODs sous GEM mais il est très limité. Donc l’idée de prendre les sources de Graoumf Tracker et en faire un player sous GEM me trotte dans la tête…
    Pour Magxdesk et ses icônes, ce n’est pas un problème de LineA ou Xbios (évitez ces fix, c’est mieux),
    mais de la mise en cache des images (pas encore au point). De même, le screencache perturbe certains redraws avec le buffer AES (donc pour le sélecteur de fichiers de MagiC et StartMeUp).
    Aniplayer a besoin du fix XBIOS pour afficher des images.

    D’une manière générale, les programmes ayant une gestion mémoire pas très propre et qui passaient encore sous MagiC ne passeront plus. Et ceux qui bidouillent discrètement sans tenir compte du GEM auront de très gros problèmes. Bref, il faut faire le tri, et oublier certains programmes. Cela me rappelle le passage du bon vieux TOS à MagiC : le bénéfice, l’apport de la vitesse, le confort visuel, sont si grands que l’on passe l’éponge sur la baisse de compatibilité. Cela m’a donné du punch pour coder de nouveaux programmes bien propres et qui remplaceraient les anciens 🙂 et aussi pour renouer contact avec les auteurs afin qu’ils apportent quelques corrections à leurs productions.

Laisser un commentaire