Living room, version 4.1

Et encore merci à un vendeur au bon coin, qui avait de quoi compléter les éléments Niklas : +2 placards bas, +1 commode, avec planches et arceaux.
Donc week-end à bouger les meubles, faire la poussière derrière, jouer aux planches musicales, et surtout déplacer/replacer la tonne de livres (le poids de la connaissance n’est pas une métaphore).

Le coin bibliothèque ne change pas trop, les grosses boîtes étant cachées et on gagne encore de la place.

C’est le coin mediacenter qui est surtout changé. L’espace libre n’a bizarrement pas diminué.

La nouvelle commode, bien qu’étant très bien conservée, dépareille avec les deux autres, donc elle a été placée dans la salle de bain. Avec des arceaux hauts et les planches les plus abimées, cela permet de gagner du rangement, et surtout de virer l’ancienne commode blanche de 20 ans.

Tout est bien rangé maintenant, reste plus que deux voyages à la décharge pour apporter le bois agglo issu de cette ancienne commode.
Je crois que ce ne sera plus possible d’optimiser dans le living (et salle de bain). Par contre, dans le coin cuisine… Cogitations : en demandant au proprio de virer son frigo à lui, j’y place mon frigo à moi, en remplaçant le vieux placard blanc par 2 udden noirs à tiroirs ? Là, il me faudrait quelqu’un de motorisé pour faire un voyage décharge puis ikéa… On verra ça dans quelques mois.

Paléo-geekisme

Me suis encore trompé de format de piles, il en fallait des plus larges…
Mais ce format convient parfaitement à un petit truc geek datant de mathusalem, qui est privé de piles depuis qu’elles ont fuitées pendant la canicule de 2003. Pour la petite histoire, cet « Envahisseurs 2 » est une console primitive offerte – si mes souvenirs sont corrects – par Pépé Marceau à son petit fils Marc, il y a 25 ans environ. Le frangin l’a oublié lors du divorce des parents. Je me demande encore comment ce petit joujou s’est retrouvé dans mes cartons(*).

Et comme tout geek qui se respecte, on se doit de démonter pour voir à l’intérieur : le bouton « On » avec son ne marche apparemment plus. On peut encore jouer en mode « mute ». Il s’avère en fait qu’il ne faut pas pousser le switch à fond (ou alors à fond, puis léger retour à gauche) pour avoir le jeu avec son.

Bizarrerie de l’industrie ludique : le plastique et le circuit pour le pad sont communs avec un jeu type « PacMan ». Il y a la place pour le « haut » et « bas », plus un « haut » au dessus du bouton « fire ». Le circuit où se trouve la grille écran et la puce est bien construit pour un « Invaders ». Un point de superglue empêche la carte-mère-écran d’être dégagée : le frérot a visiblement aussi démonté le joujou et bidouillé.

On doit donc supposer qu’il y a une version 1 de cet Envahisseurs, et une console PacMan de même facture. Avis aux collectionneurs.


Aspect général

circuit du pad

l’envers du pad

derrière l’écran

(*)Idem pour un candélabre qui se trouvait à l’origine dans la maison de campagne de Notre Dame de Londres, pour la bougie rouge sur le rebord de la cheminée de la villa de La Baraillère, pour le mortier et pilon en bois de la cuisine…

Living-room, version 4.0

Hein ? J’aurais quarante ans ? Pas possible ! J’ai pas l’impression de vieillir. Par contre, j’ai vu (ou plutôt mon postérieur a senti) vieillir mes assises, qui avaient environ la vingtaine d’années. Ben oui, quand j’achète, c’est pour durer. Adieu le Lundsberg Ikéa en tissu noir de 6000 Francs, qui ira finir sa life ailleurs. A la décharge le Poang Ikéa en tissu noir… Bienvenu à du black leather et de l’acier chromé de chez BoConcept.

Optimisations au niveau de la bibliothèque « niklas », où sont rangés les cartons de cédés et livres de poche.

Le canapé ; modèle Quattro 1452 en méridienne. Un mois après et il n’était plus au catalogue. Faut croire que j’aime les trucs en voie d’être « sasfépus ».
Un des deux fauteuils Ross, offerts par Môman (double merci à elle). C’est le coin lecture de bédés. 5 orchidées sous le tube horticole. J’ai remarqué que mes déprimes automnales ont disparu depuis que ce tube a été posé. Potiche ou plante verte ? La réponse est donc plante verte.
L’autre partie, avec le coin mediacenter. Inversion de place avec le canapé, ce qui fait gagner en volume habitable.

Le coin informatique et le vaisselier, juste à côté du coin cuisine. Plus de tour Falcon, ce qui fait permet d’optimiser cette partie là. Des éléments niklas qui attendaient à la cave ont pu être remontés et accolés au vaisselier.

Living-room, version 3.0

Difficile de jeter les dévédés et les bouquins, qui s’entassent un peu partout et rendent l’espace de vie moins esthétique. Merci leboncoin.fr et un vendeur qui renouvelait son intérieur ; cela m’a permis de rajouter des éléments d’étagères sasfépu. Du coup, j’ai réagencé, rationalisé, optimisé. Un beau bordel pendant un après-midi et nuit, mais ça valait l’effort.

La bibliothèque « niklas », qui fait presque un pan de mur. Les dévédés sont maintenant précieusement rangés dans l’armoire du bas.

Le divan ; là, ça ne change pas par rapport à la version antérieure. Les livres de poche sont dans le compartiment en dessous.

Le coin mediacenter, plus esthétique vu que les câbles informatiques sont cachés par la commode supplémentaire.

Le coin informatique et le vaissellier, juste à côté du coin cuisine.

Living-room, version 2.0

Parfois c’est juste un meuble qui se déplace, un autre qui est bazardé, ou alors quelques uns achetés. Parfois, on change tout, suite à une déception amoureuse ou un gros coup de blues : ça permet de virer la poussière accumulée derrière les étagères, de remettre de l’ordre dans son appart et dans sa vie. On optimise, on gagne de la place, on remanie selon les goûts du moment.

Donc la bibliothèque :

Le divan :

Le coin informatique, qui ne fait plus qu’un bureau, mais avec 3 ordinateurs au lieu de 2 :

Et petite nouveauté, le coin mediacenter. Ce n’est pas une télé, mais un moniteur informatique, avec un Mac mini G4 pour stocker mes DVDs, mater les vidéos podcasts avec Democracy…

Elements de décoration

tapisserie de Bayeux

O for a muse of fire, that would ascend
The brightest heaven of invention,
A kingdom for a stage, princes to act,
And monarchs to behold the swelling scene!

Bon ici c’est pas Henry V et Azincourt, mais Guillaume de Conquérant et Hastings.
La vraie geste de ces personnages ne ferait pas fantasmer du tout, avec tout ce sang
versé, ces histoires de trahisons et tout le côté bestial de l’humanité.

C’est la représentation qu’en ont fait les moines tapissiers de Bayeux qui importe,
à l’instar de ma collection de romans d’Heroic Fantasy et de certaines illustrations…
Ce ne sont que des portes vers une fantasie, un univers qui me sert à oublier certains
aspects négatifs de la réalité.

Pour l’anecdote, cette tapisserie m’a été offerte par ma mère.
Elle me remerciait en cela pour lui avoir tapé une tonne de textes de philo sur ordinateur.

le lion la licorne
Entre ces coussins devrait se trouver une belle femme, aux cheveux d’une blondeur vénitienne, et
d’une élégance de princesse… et qui aurait donné un sens à ma vie. Mais bon,
mon âme semble à jamais perdue 🙂

Idylle © SIUDMAK
Ce peintre illustre les couvertures de mes romans de poche. J’ai flashé sur ce poster. Va
savoir… L’amour idéalisé, avec une once de manichéïsme. Mais je préfère
en fait l’unité-dualité, sous la forme du papillon.

Thorgal & Kriss © ROSINSKI
C’est le côté vicieux de certaines femmes que je n’arrive à pas comprendre.
Faire les pires crasses tout en ayant la candeur d’un ange. A ma décharge, j’ai souffert
des misères d’une garce lors de ma petite enfance, me rendant plus que farouche
envers la gente féminine.

J’ai trouvé l’antithèse de cette reproduction : il s’agit d’une illustration d’un
roman de Marion Zimmer Bradley paru sous le nom La tour interdite et dessiné par
Gimenez. Dans une anthologie consacrée à ce dessinateur, nommée Arkhânes.

L'interdite © GIMENEZ

Avec toutes ces références à un univers médiéval
fantastique, il fallait bien que j’en ai une… Je concède volontiers le caractère phallique de cet objet,
mais je vous prierai d’éviter tout commentaire freudien -<;-p.

Longtemps le désir de posséder cet épée a rimé avec arlésienne.
Et c’est plus ou moins l’esprit embrumé par un vin viril du pays de d’Artagnan (un Madiran
pour les connaisseurs), que j’ai finalement décidé son achat.

as foolish as any men!

Burne Jones & William Morris
Kriss de Valnor a depuis été remplacée par Flora. Une tapisserie coup de coeur.

Living-room, version 1.0

Sous un extrait de la tapisserie de Bayeux, entre le coussin du Lion et celui de la Licorne, que croyez-vous que je puisse faire ? D’abord dormir, vu que le joli clic-clac se transforme en pieu plus que confortable. Ensuite rêver au travers de mes ouvrages favoris tels certaines pièces de Shakespeare ou les romans d’Heroic Fantasy en langue anglaise.

Pour la petite histoire, ce sofa est un modèle ikea (comme tout le reste d’ailleurs 😉 que j’ai acheté pour fêter la réussite au concours de 1ère année en Fac de Pharma. Major en plus, il n’y a pas plus aliénant que de lire son nom en première position d’une liste de reçus quand on ne s’y attend pas.

Et un fauteuil pour se délasser, il accueille plus en ce moment le linge à repasser que mon séant. Mais il y a des périodes où ce mobilier soulage mon petit corps fatigué.

On se tourne maintenant vers la bibliothèque. L’élément au fond conserve ma petite collection de bandes dessinées.
Vous remarquez la planche à abdos. Une utilisation régulière me permet d’avoir un ventre maintenant plat, mais pas encore avec carrés de chocolat dessus. Il y a encore du travail à faire 😉

Au milieu un aquarium. Mais sans poisson. L’aquariophilie était mon passe-temps d’adolescent, sinon ma grande passion, au grand désespoir de mes parents, plutôt désireux que j’aille sortir en boîte, courrir le jupon et monter à moto. Donc pas possible d’avoir un aquarium géant, ni de voir grandir les petites écailles.
Cette passion a donc été étouffée avec regrets et larmes. Je ne conservais à la fin plus qu’un Betta Splendens

Cet aquarium ne sert plus qu’à cultiver des Anubias, ma foi fort jolies et résistantes. Elles font parfois des fleurs.