Relativité

Je suis perdu. Il n’y a plus aucune référence, la souffrance me ronge. D’un espace à l’autre, rien à quoi s’accrocher. Pas de chaleur qui pourrait me faire oublier ce mal-être. La lumière est fade, elle ne met en relief que mes incapacités, mes tares, mes faiblesses, ma laideur.

C’est un enfer qui se révèle. Pourquoi souhaiter aux autres le bien, le bonheur, la justice et le respect de la parole donnée, alors qu’au final, mon âme devra être éprouvée de façon si abjecte ?

Je ne mérite pas cela. Il me faudra pourtant endurer. En silence si possible. Et espérer que le temps soigne les blessures.